L’instrument et l’église

François-Henri Clicquot à Saint-Leu

1786-1788 : François-Henri Clicquot ou la reconstruction complète de l'instrument

Le passage du grand facteur d'orgue Clicquot marquera profondément l'orgue de St-Leu St-Gilles puisqu'on doit à ce grand maître de la facture d'orgue classique française l'esentiel de la mécanique, plus de 60% de la tuyauterie et une partie non négligeable du buffet.

François-Henri Clicquot a jugé que l'orgue de Joly/Enocq ne sonnait pas assez bien et que l'espace était trop étriqué. Il a donc rajouté les ailes concaves au buffet du grand-orgue, ce qui a permis notamment de donner plus d'espace pour les sommiers du grand-orgue, de la pédale et des claviers d'écho et de récit.

Mis à part une partie du buffet qu'il reprend, il est fort probable que Clicquot renouvela l'ensemble de la tuyauterie et de la mécanique.


À l'issue de son passage, l'orgue de St-Leu sonne toujours sur 4 claviers mais avec 28 jeux particulièrement équilibrés et sa composition est la suivante :

 

I Positif 1er clavier 53 notes
Prestant 6 ou 8
Bourdon 8
Prestant 4
Nasard 2 2/3
Doublette 2
Tierce 1 3/5
Fourniture ?
Trompette 8
Cromorne 8
III Récit 34 notes
Cornet V
Flûte 8
IV Écho 34 notes
Trompette 8
Flûte 8
II Grand Orgue 2ème clavier 53 notes
Montre 8
Bourdon 8
Flûte 8
Prestant 4
Nasard 2 2/3
Quarte de nasard 2
Doublette 2
Cornet V
Fourniture IV
Cymbale III
Trompette 8
Clairon 4
Voix humaine 8
Pédale 29 notes
Flûte 8
Basse 4
Trompette 8
Clairon 4

 

La signature du grand facteur du Roi sur le sommier du Grand-orgue !

 

Les gravures du récit sont conservées sur le sommier du grand-orgue mais la mécanique du récit et de l'écho de Clicquot ont du faire la place à celle du récit de Suret, faute de place. Un choix sera donc à faire lors de la restauration du grand-orgue : conserver le dessus de récit romantique ou restituer les 2 claviers classiques ?

 

Section précédente [5/8] Section suivante